Arthur

Je ne suis pas né au Canada. Pourtant, ce pays a tellement compté dans ma vie… Dès mon plus jeune âge, je m’invente un cousin Joseph qui m’emmènera là-bas, loin des tourments de la vieille Europe. Il me faudra attendre la fin des années 1970 avant que mon rêve ne se réalise. Un soir de fin décembre, je m’embarque pour Londres, j’achète le lendemain matin un aller simple pour New York sur Laker Airways et je traverse pour la première fois la frontière de mon pays de coeur. Alors ma vie prend vraiment son sens…

Je développe un univers où la technologie est très présente et joue un rôle sur nos existences. Mais aussi, un univers où les gens s’aiment encore et où les animaux nous comprennent merveilleusement bien. Bref, un univers où il reste une part de rêve…

On compte parmi mes publications :
- Clara a disparu (Roman)
- Zones grises (Pièce en un acte)
- Adieu Sophia (Roman)
- No matter the distance (Poèmes)
- Bouffées délirantes (Nouvelles)
- Le bébé qui en savait trop (Roman)
- Le Fou du Thé (Pièce en un acte)

Licence Creative Commons
Le blog de www.arthurbelisle.com est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre publiée à l’adresse www.arthurbelisle.com.

2 réflexions au sujet de « Arthur »

  1. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

  2. Caro Arthur,

    ho appena letto la tua « Zones Grises », pubblicata nella sezione « Teatro » di questo sito, e ti scrivo per farti i complimenti e ringraziarti.

    Il 23 giugno dello scorso anno ero anch’io in Piazza Verdi ad ascoltare Neri Marcorè e Guido Armellini che – dialogando sotto le stelle a proposito di « Rimbaud, la canzone d’autore e altri imprevisti » – raccontavano il rapporto antico e sempre nuovo tra canzone d’autore, letteratura e vita. Una serata di parole, pensieri e musica, in una Bologna meravigliosa e accogliente.

    Mi ha fatto molto piacere rendermi conto – leggendo questa tua pièce courte – che il ricordo di quella serata è stato per te fonte di ispirazione, e che da pensieri e parole condivisi sono nati altri pensieri, altre parole, e una storia da raccontare e condividere. Perché è proprio così che funziona: le parole che accogliamo in noi generano parole, e le storie che ascoltiamo richiamano altre storie. Storie che – sempre – parlano di noi. A tutte le latitudini, e in tutti i tempi.

    In attesa della tua prossima pièce, un saluto affettuoso da Bologna.
    Monica